Mondorient Express (12 -19 novembre)

 -  -  2


 

C’est l’heure de faire le point sur l’actualité de la semaine passée au Moyen-Orient.

Arabie Saoudite

Affaire Jamal Khasoggi : MBS coupable selon la CIA

Le parquet saoudien l’avait pourtant dédouané de l’assassinat du journaliste d’opposition, et inculpé onze hauts responsables du régime dont cinq pour lesquels il avait réclamé la peine capitale. Mais la Central Intelligence Agency (CIA) a conclu que le prince héritier Mohammed Ben Salman avait commandité l’assassinat du dissident. L’information est relayée par le Washington Post, quotidien avec lequel collaborait Khasoggi de son vivant. Le journaliste était entré le 2 octobre dernier dans le consulat saoudien d’Istanbul, pour ne jamais en ressortir. Il avait été drogué et démembré sur place.

Retour des rigoristes

Considérablement affaiblie par la venue du pouvoir du prince MBS et de sa politique de -relative- libéralisation, la hay’a, la commission pour la protection cela vertu et la prévention du vice gagne du terrain depuis la révélation de l’affaire Khasoggi. Les brigades ultra rigoristes, font leur retour dans les rues du pays, où elles alpaguent les commerçants pour qu’ils ferment boutique à l’heure de la prière, ou exigent des entreprises du bâtiment qu’elles prévoient bien dans leurs chantiers des espaces séparés pour les femmes et les hommes.

Palestine

Plus d’Airbnb en Cisjordanie

Il n’est désormais plus possible de louer des logements dans les colonies israéliennes implantées en Cisjordanie. Anticipant la publication d’un rapport de l’ONG Human Rights Watch, la plateforme de location en ligne a annoncé retirer de son site les quelques 200 offres situées dans les colonies. Le gouvernement israélien fustige une décision « raciste » et « antisémite ». Airbnb ne précise pas si Jérusalem-Est et le plateau du Golan, occupés par Israël selon le droit international seront concernés par cette décision.

Cessez-le-feu signé dans la bande de Gaza

Le 13 novembre, le Hamas et ses alliés ont conclu un accord de cessez-le-feu avec Israël, sur intercession de l’Égypte. La veille, suite à une incursion ratée des services secrets israéliens, une nouvelle flambée de violence avait embrasé l’enclave : 460 tirs de roquettes, et pilonnage de l’aviation israélienne sur des positions stratégiques du Hamas et du Jihad islamique, son allié. En moins de 24 heures, sept Palestiniens et un Israélien ont été tués.

 

Yémen

Les combats entre les rebelles houthistes et la coalition saoudienne ont repris dans la ville portuaire d’Hodeïda au Yémen, après quatre jours de suspension des opérations. Le port est la principale porte d’entrée de l’aide humanitaire dans le pays. La Grande-Bretagne a pourtant déposé un projet de résolution au Conseil de Sécurité de l’ONU lundi 19 novembre, pour demander une trêve immédiate aux belligérants. D’après les Nations Unies, la guerre du Yémen a fait plus de 10 000 morts, et provoqué la pire crise humanitaire du monde.

Israël

Nétanyahou fragilisé

Après la démission du ministre de la défense Avigdor Liebermann figure de la droite dure israélienne, le premier ministre, Benyamin Nétanyahou doit recomposer un gouvernement au sein d’une coalition divisée par la signature d’un cessez-le-feu avec le Hamas dans la bande de Gaza avec le 13 novembre. Naftali Bennet, leader du parti nationaliste religieux Foyer juif et ministre de l’Éducation, ainsi que Moshe Kahlon, ministre des finances, ont même menacé de quitter la coalition au pouvoir. Le premier ministre de l’Etat heureux a récupéré le portefeuille de la défense, en plus de celui des affaires étrangères.

Turquie

Treize intellectuels arrêtés

La purge des intellectuels continue en Turquie : treize personnes (universitaires, journalistes ou figures de la société civile) ont été placées en garde à vue le 16 novembre. Le parquet turc les soupçonne d’avoir participé à l’organisation des manifestation antigouvernementales de 2013 sur la place Taksm d’Istanbul. Tous sont liés de près ou de loin à la fondation mécène Kavala, un organisme chargé de promouvoir le dialogue dans la société turque. Elle tient son nom d’Oman Kavala surnommé le “Soros turc” par le président Erdogan lui même.

Koweït

Dostoïevski censuré d’un festival littéraire

Un festival de littérature sans ses auteurs classiques. Une commission de censure a examiné les livres présentés lors de la 43e édition de ce festival. Après avoir exclu Notre-Dame de Paris de Victor Hugo ou Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez, c’est au tour des frères Karamazov de Fiodor Dostoïevski d’être interdit par les autorités koweïtiennes. Le texte questionne l’existence de Dieu, de la morale, et promeut le libre arbitre. Inacceptable pour le gouvernement du pays.

 

Histoire de la semaine

Malgré la défaite de l’équipe de football nationale iranienne, le quotidien réformateur Etermaad, titrait le 11 novembre : “Les femmes, vraies gagnantes d’Azadi”. 850 femmes ont pu pénétrer dans le stade d’Azadi à Téhéran, pour la première fois depuis la révolution islamique de 1979. De quoi faire oublier la défaite contre le Japon, en finale de la Ligue des champions asiatique.

 

2 recommended
52 views
bookmark icon