Mondorient express (5 novembre – 11 novembre)

 -  -  3


C’est l’heure de faire le point sur l’actualité de la semaine passée au Moyen-Orient.

Yémen

Les rebelles houtistes en difficulté à Hodeida. Présents dans le port d’Hodeida, à l’ouest du Yémen, les rebelles houthis subissent une offensive menée par les forces pro-gouvernementales soutenues par les deux voisins sunnites l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. Soutenus par l’Iran, les houthis font face à l’aviation de Mohamed ben Salman (Arabie Saoudite) et son acolyte Mohamed ben Zayed (EAU) depuis l’offensive du 1er novembre. La ville est assiégée depuis juin dernier. Selon Le Monde, au moins 43 rebelles ont trouvé la mort dans les combats lors des dernières 48 heures.

Palestine

Les Palestiniens honorent le 14e anniversaire du décès d’Arafat. Les Palestiniens ont marqué dimanche à Ramallah, en Cisjordanie occupée, le 14e anniversaire de la mort du dirigeant palestinien Yasser Arafat, qui demeure le symbole de leur cause. Celui qui avait incarné la volonté d’indépendance des Palestiniens est décédé le 11 novembre 2004 , à 75 ans. Selon l’AFP, le successeur de Yasser Arafat, Mahmoud Abbas, est allé fleurir sa tombe dimanche, saluant « le chef de la nation et le chef des martyrs ».

Israël

L’avocat de Benyamin Netanyahu accusé de corruption. C’est un comble qui prêterait presque à sourire si l’histoire n’était pas très sérieuse. L’avocat du Premier Ministre israélien David Shimron est impliqué dans une affaire de corruption portant sur la vente de sous-marins par l’Allemagne à Israël. La police israélienne affirme posséder des preuves de son implication, autant que celle David Sharan, ancien chef de cabinet de Netanyahu, et Eliezer Marom, ancien commandant de la marine.

David Shirmon, l’avocat et confident de Benjamin Netanyahu.

Bande de Gaza

Six Palestiniens et un soldat israélien tués dans des combats. Dimanche, dans l’enclave de Khan Younès, au sud de la bande de la Gaza, une opération secrète des forces israéliennes s’est transformée en échange de tirs avec une unité militaire du Hamas, tuant un officier de Tsahal et six Palestiniens dont Nour Baraka, un des chefs d’Ezzedine al-Qassam, le bras armé du mouvement islamiste. Un événement qui a précipité le retour de Netanyahu de France, et qui intervient alors que la situation semblait se stabiliser.

Iran

Trump accorde un sursis pour les sanctions. Le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé lundi 5 novembre que six pays bénéficient d’un sursis de six mois pour commercer avec l’Iran avant l’application des sanctions. La Chine, l’Inde, la Turquie, la Japon, la Corée du Sud, Taïwan, l’Italie et la Grèce sont les pays concernés : ils doivent profiter de ce sursis pour réguler leur dépendance au pétrole iranien. « Nous avons les sanctions les plus sévères jamais imposées, a assuré le président des Etats-Unis. Mais pour le pétrole, nous voulons aller un peu plus lentement, parce que je ne veux pas faire monter les prix du pétrole dans le monde. », s’est justifié Donald Trump.

Turquie / Arabie Saoudite

Erdogan affirme détenir des enregistrements sur l’affaire Khashoggi. Le président turc a confirmé samedi 10 novembre détenir des enregistrements de l’assassinat de M. Khashoggi réalisés au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul. « Nous avons donné les enregistrements, nous les avons donnés à l’Arabie saoudite, nous les avons donnés à Washington, aux Allemands, aux Français, aux Anglais », a déclaré le chef de l’Etat turc. Le 2 novembre, Erdogan avait accusé de manière virulente – mais pas nommément – dans le Washington Post « les plus hauts niveaux du gouvernement saoudien »  du meurtre du journaliste critique du pouvoir décédé dans des conditions macabres.

L’histoire de la semaine

Des célébrités iraniennes s’engagent contre les sanctions. Kayhan Kalhor (deux Grammy Awards) ou Asghar Farhadi (Le client, Une séparation, Everybody knows) s’engagent contre les Etats-Unis. Ils font partie des célébrités iraniennes qui ont décidé de lancer une pétition qui condamne les sanctions imposées par les Etats-Unis à l’Iran, comme l’interdiction de vente du pétrole, depuis la sortie de l’accord sur le nucléaire. « Encore une fois, les USA ont imposé des sanctions contre l’Iran.. Chaque Iranien va en payer le prix personnellement », explique la pétition, qui déjà réuni plus de 5 000 signatures.

3 recommended
87 views
bookmark icon