Mondorient Express (8 octobre – 14 octobre)

 -  -  3


C’est l’heure de faire le point sur l’ac­tua­lité de la se­maine au Moyen-Orient.

Turquie/Arabie saoudite

 

De nouveaux éléments dans l’enquête sur l’assassinat présumé du journaliste Jamal Khashoggi. Dans le cadre de l’enquête ouverte en Turquie, la police a révélé qu’un groupe de quinze Saoudiens avaient fait l’aller-retour au consulat d’Istanbul le jour de la disparition du journaliste. Des images de vidéosurveillance ont été publiées par les médias turcs, montrant l’entrée au consulat de l’équipe soupçonnée d’être responsable de la disparition du journaliste. Un haut responsable turc a par ailleurs indiqué au New York Times que Jamal Khashoggi avait été tué dans les heures ayant suivi son arrivée au consulat, et que son corps avait été découpé en morceaux à l’aide d’une scie. Selon le Washington Post, Ankara détient des enregistrements audio et vidéo montrant comment Jamal Khashoggi a été “interrogé, torturé puis tué” à l’intérieur du consulat. En effet, le journaliste portait une Apple Watch, ont révélé des médias locaux.

L’affaire Khashoggi prend un tour diplomatique. Alors que les autorités turques martèlent leur volonté de faire rapidement la lumière sur cette affaire, Recep Tayyip Erdogan a appelé plusieurs fois le pouvoir saoudien, qui soutient que le journaliste critique de Riyad a quitté de son plein gré son consulat d’Istanbul, à fournir à la police turque les preuves de sa bonne foi, rapporte L’Orient le Jour. Le ton s’est par ailleurs durci aussi du côté des puissances occidentales. Le gouvernement américain a demandé des explications “au plus haut niveau” à l’Arabie saoudite, a assuré Donald Trump, évoquant un “châtiment sévère” si la responsabilité de RiDimanche 14 octobre, Riyad a promis des représailles si des sanctions étaient prises à son encontre, Riyad était avérée. Paris, Londres et Berlin ont réclamé “une enquête crédible”, dimanche 14 octobre, les ministres des affaires étrangères des trois pays partageant“leurs graves préoccupations” dans une déclaration commune. La France, qui entretient des relations commerciales privilégiées avec le royaume saoudien, avait tardé à réagir, mais Emmanuel Macron avait finalement fait part de son inquiétude à l’issue du sommet de la Francophonie, évoquant “des faits très graves” La veille, Jeremy Hunt, le secrétaire d’État des Affaires étrangères du Royaume-Uni, avait déjà prévenu les autorités saoudiennes qu’elles s’exposaient à de “graves conséquences” en cas de responsabilité dans cette disparition. Dernier rebondissement : si des mesures sont appliquées, le royaume répondra avec “de plus grandes” sanctions, a déclaré ce dimanche un haut responsable saoudien. 

Turquie

Libération du pasteur américain Andrew Brunson. La justice turque a ordonné, vendredi 12 octobre, la levée de l’assignation à résidence et de l’interdiction de quitter le territoire turc qui visait jusque là le résident américain, relève Le Monde. Arrêté dans le cadre de la vague répressive qui avait suivi la tentative de coup d’Etat de juillet 2016, il était reproché à Andrew Brunson des liens – jamais démontrés – avec la confrérie du prédicateur Fetullah Gülen et avec le mouvement autonomiste armé du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Bien qu’il ait été condamné, il a  été relâché en raison du temps qu’il avait déjà passé en détention. Son sort constituait depuis plusieurs mois un point d’achoppement important dans la relation diplomatique entre la Turquie et les Etats-Unis.

Syrie

A la veille de la date butoir, encore des djihadistes à Idlib. Des tirs ont été entendus dans la matinée du dimanche 14 octobre, les premiers depuis mercredi, date du cessez-le-feu, prévu dans l’accord russo-turc. Les rebelles et les djihadistes ont retiré cette semaine leurs armes lourdes de ce qui s’apprête à devenir la zone démilitarisée d’Idlib. Mais la paix n’est pas assurée. Les insurgés et djihadistes, notamment ceux de l’organisation d’Hayat Tahrir al-Cham (HTC), dominée par l’ex branche d’Al-Qaïda qui contrôle les deux tiers de la zone, doivent quitter la zone avant le 15 octobre. A la veille de la date butoir, ils n’ont montré aucun signe de retrait du dernier grand fief insurgé du pays, note Le Point.  Vendredi, le régime ont appelé les habitants de la région à rester éloignés des jihadistes, en leur envoyant des SMS. Éloignez-vous des combattants. Leur sort est scellé“, affirmait l’un des messages. Les factions rebelles craignent que l’accord ne soit que le prélude du retour du régime dans la région, comme n’a pas manqué de le souligner Bachar Al Assad. 

Israël / Palestine

De nouveaux morts à Gaza. Sept Palestiniens, âgés de 17 à 29 ans, ont été tués vendredi 12 octobre lors de manifestations et d’affrontements avec les soldats israéliens, a affirmé le ministère gazaoui de la Santé. Ces nouveaux morts portent à au moins 205 le nombre de Palestiniens tués depuis le 30 mars. Suite à ces violences, Israël a ordonné vendredi 12 octobre l’arrêt des livraisons de fioul dans la bande de Gaza, rapporte France 24.


Une nouvelle colonie à Hébron. Le gouvernement israélien a donné dimanche son accord à la construction de 31 logements, ainsi que de deux jardins d’enfants, pour des colons juifs à Hébron. Un nouveau complexe dont se sont félicités les autorités israéliennes. C’est la première fois depuis 2002 dans cette ville de Cisjordanie occupée, où 800 colons sont installés au milieu de 200 000 Palestiniens. La coexistence des Palestiniens et des juifs y est une source de tensions et de violences permanentes. Les colonies israéliennes en Cisjordanie sont illégales au regard du droit international. 

Première application d’une loi condamnant l’incitation au boycott d’Israël. 10 000 euros. C’est la somme que deux jeunes Néo-Zélandaises ont été condamnées à payer à trois fans israéliennes de la chanteuse Lorde, par un tribunal de Jérusalem. Le motif ? Le “bien-être artistique” des trois jeunes filles aurait été atteint. La justice reproche aux deux jeunes femmes, une juive et une Palestinienne, d’avoir appelé la chanteuse à annuler un concert prévu dans le pays. C’est l’ONG Shurat HaDin qui a porté plainte contre les deux Néo-Zélandaises au nom des trois adolescentes qui avaient acheté leur billet pour le concert. Il s’agissait du premier usage d’une loi israélienne de 2011 qui permet de poursuivre au civil toute personne encourageant le boycott d’Israël. Elle vise à contrer le mouvement pro-palestinien Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), qui organise depuis une dizaine d’années le boycott de l’Etat hébreu. 

Liban

32 Syriens secourus en mer. La Marine libanaise et une mission de l’ONU ont annoncé, vendredi 12 octobre, avoir secouru 32 Syriens à bord d’un bateau tombé en panne au large de Beyrouth. Les rescapés tentaient rejoindre Chypre. “Le bateau n’avait plus de carburant et les passagers n’avaient plus d’eau ni de nourriture depuis quatre jours”, a précisé la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul). La marine du pays a ensuite pris en charge les rescapés jusqu’à Beyrouth.

Des pages vierges pour dénoncer l’état du pays. L’édition de jeudi 11 octobre du quotidien An-Nahar comporte huit pages blanches. Un geste de protestation pour tirer “le signal d’alarme” face à “l’état désastreux du pays”, a précisé sa directrice, Nayla Tuéni. Alors que les élections législatives ont eu lieu en mai, aucun gouvernement n’a pu être formé. 

Irak

Le chef du gouvernement veut recruter ses ministres… sur Internet. Le futur Premier ministre irakien Adel Abdel Mahdi, qui doit former son cabinet d’ici le 1er novembre, sous peine de démissionner, a lancé cette semaine un site pour recruter ses ministres. Tous les Irakiens de plus de 30 ans et diplômés peuvent postuler.

L’histoire de la semaine 

Des noces qui divisent le pays. Elle s’appelle Lucy Aharish, elle est issue d’une famille musulmane et c’est la première Arabe à présenter un programme en hébreu sur la télévision israélienne. Lui s’appelle Tsahi Halevi, il acteur dans la série télévisée à succès “Fauda”. Ils se sont unis mercredi 10 octobre lors d’une cérémonie tenue secrète, par crainte des “réactions d’extrémistes”, rapporte L’Orient Le Jour. Mais le pot aux roses a été révélée dans la nuit par les médias et a déclenché la polémique dans le pays, où les mariages mixtes restent un sujet sensible, alors que les Arabes israéliens représentent 17,5 % de la population de l’Etat hébreu. Le ministre ultra-orthodoxe de l’Intérieur, Arie Déry, a estimé hier sur une station de radio militaire que leur mariage “n’était pas une bonne chose”. Certains sont allés plus loin : Bentzi Gopstein, chef d’une organisation d’extrême droite, a appelé le marié à “préserver la dignité du peuple juif”, tandis que le député du Likoud, le parti de droite au pouvoir, Oren Hazan a estimé sur Twitter que Lucy Aharish avait “séduit un juif afin de fragiliser notre pays et d’empêcher des descendants juifs de continuer la dynastie juive”. “Lucy Aharish comprend mieux ce que veut dire être juif que celui qui a tweeté un post raciste et nauséabond”, lui a rétorqué la parlementaire travailliste Stav Shaffir. 

 

 

3 recommended
78 views
bookmark icon