Mondorient Express (3 septembre – 9 septembre)

 -  -  3


C’est l’heure de faire le point sur l’actualité de la semaine au Moyen-Orient.

Arabie Saoudite

Le frère du roi pense à l’exil.  Le Prince Ahmed bin Abdulaziz, frère du roi Salmane, envisage de s’exiler d’Arabie saoudite après des commentaires sur la guerre au Yémen. Il a été pris à partie par des manifestants yéménites devant la porte de sa résidence londonienne. Face aux accusations des manifestants, le frère du roi a indiqué que “la famille des Saoud dans son ensemble n’était pas responsable”, mais qu’il fallait blâmer “le roi et son héritier”. Il a ajouté qu’il “espérait personnellement que cette guerre se termine dès demain.”

 

Égypte

Condamnation à mort de 75 Frères Musulmans. Dans un jugement qualifié de “grossièrement injuste” par Amnesty International, le parquet égyptien a confirmé les condamnations à mort de 75 membres des Frères musulmans et la prison à vie pour 47 autres. Parmi les charges : violences, meurtres et organisation illicite de manifestation. L’affaire remonte à 2013 lorsque des partisans du président islamiste déchu, Mohamed Morsi, se sont rassemblés sur la place Rabaa el Adawiya, dans le quartier de Nasr, après son renversement par l’armée en juillet 2013. Mohamed Badie, le leader de la confrérie, encourt lui aussi une peine de prison à vie. Plus tôt cette année, une loi acceptée par le Parlement accorde une immunité totale aux membres de l’armée égyptienne pour des crimes commis entre 2013 et 2016.

Syrie

La bataille d’Idleb sur le point de débuter. “Les frappes les plus intenses depuis un mois” ont été observées sur la province d’Idleb selon l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme. Ces bombardements sont l’oeuvre de l’aviation russe. Le Kremlin soutien les forces gouvernementales pour tenter de reprendre Idleb, dernière grande province aux mains des rebelles. Trois millions de Syriens résident dans ce qui pourrait être le dernier grand champ de bataille de la guerre. 800 00 personnes pourraient être obligées de s’exiler.

Turquie/Iran

L’échec des négociations de Téhéran. La Tur­quie, l’Iran et la Rus­sie se ren­con­traient cette se­maine à Té­hé­ran. À la table des né­go­cia­tions, le sort d’Id­leb, la der­nière pro­vince sy­rienne sous do­mi­na­tion des re­belles. Loin de l’en­tente cor­diale aper­çue à Astana il y a un an, les trois puis­sances ont mon­tré leur pro­fond désac­cord sur le dos­sier sy­rien. Dans la ca­pi­tale ira­nienne, Re­cep Tayyip Er­do­gan a joué la carte de l’apai­se­ment face aux deux al­liés pri­vi­lé­giés de Ba­char Al-As­sad. Le pré­sident turc a dé­fendu une déses­ca­lade pour évi­ter de nou­veaux bom­bar­de­ments, qui « ré­sul­te­raient en une ca­tas­trophe, un mas­sacre et un drame hu­ma­ni­taire ». Aux cô­tés des pré­si­dents russe et ira­nien, Er­do­gan a donc pro­posé un énième ces­sez-le-feu. Une offre po­li­ment re­fu­sée par Vla­di­mir Pou­tine et Hassan Rohani, soutiens du régime syrien qui cherche à tout prix à récupérer la province d’Idleb.

Voir l’article   Sy­rie : Id­leb condam­née par l’échec du som­met de Té­hé­ran

Irak

Ras-le-bol général à Bassora, la ville s’enflamme. Les manifestations ont fait 12 morts à Bassora, la seconde ville d’Irak. Le mouvement de contestation sociale s’insurge du manque d’infrastructures dans la région, où pourtant l’Irak puise la majeure partie de ses hydrocarbures. Les manifestations se sont déclenchées à cause d’une crise sanitaire qui a vu 30 000 habitants se retrouver à l’hôpital, intoxiquées par l’eau distribuée par la ville. La contestation s’est ensuite tournée contre le voisin iranien, accusé de contrôler les partis politiques irakiens. Le consulat d’Iran a été vandalisé à Bassora vendredi dernier.

L’histoire de la semaine

Les commémorations de la mort de Massoud entachée en Afghanistan. Kaboul fêtait son héros. Celui qui a combattu le présence soviétique puis le gouvernement des talibans dans les vallées du Panjshir. Ahmed Shah Massoud, plus connu sous le nom de Commandant Massoud, a été assassiné il y a 17 ans, deux jours avant les attentats du World Trade Center. Sept personnes ont été tuées lorsqu’un homme s’est approché du convoi pour laisser déflagrer son explosif.

3 recommended
24 views
bookmark icon