Mondorient Express (5 avril – 12 avril)

 -  -  9


 

Une nouvelle semaine riche en actualité au Moyen Orient. Pour s’informer ou pour réviser, voici le condensé des derniers jours, pays par pays.

 

Syrie 

Le drapeau du régime syrien flotte à nouveau dans le ciel de Douma, dans la Ghouta  orientale en Syrie. Jeudi 12 avril les forces de Bachar El-Assad ont annoncé avoir repris la totalité de la ville rebelle.  Près de 1600 civils ont été tués depuis le début de l’offensive il y  a 5 semaines et 46 000 ont fuit les bombardements.

Cette annonce survient 4 jours après l’attaque chimique présumée au chlore et au gaz sarin qui a touché la ville et tué une dizaine de civils. Les auteurs de cette offensive, effectuée en dépit des accords internationaux, ne sont pas encore officiellement connus.

Le régime de Damas et ses alliés pointent du doigt les rebelles, là où ces derniers, les gouvernements  occidentaux accusent les forces progouvernementales. Cette nouvelle escalade de la violence a provoqué lundi une réunion de crise du conseil de sécurité de l’ONU. Le veto de la Russie a une nouvelle fois empêché le lancement d’une résolution du conflit et l’organisation d’une enquête sur le recours aux armes chimiques.

Face à ce nouvel échec, le président américain, Donald Trump a déclaré « examiner la situation de très très prêt », laissant planer l’éventualité d’une riposte dans les prochains jours. A Londres, Theresa May a elle aussi réunit un conseil de sécurité exceptionnel à ce propos, tandis qu’en France Emmanuel Macron a déclaré avoir « les preuves » d’une attaque chimique commanditée par Bachar El-Assad et que «  des décisions seront prises en temps voulu, quand nous le jugerons le plus utile et le plus efficace ».

 

 

Arabie Saoudite

Le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salmane (MBS), a effectué cette semaine une visite officielle de trois jours en France. Reçu par le Président de la République Emmanuel  Macron, les deux hommes ont dîné au Louvres dimanche, avant de s’entretenir. A l’ordre du jour : les relations culturelles entre les deux pays, le tourisme et les nouvelles technologies. La situation au Moyen-Orient, dans laquelle Riyad est un acteur majeur n’a été que très peu abordée.

A l’issue de ce déplacement, pas de contrats signés mais des « partenariats d’avenir ».  Francoise Nyssen, la ministre de la culture, a ainsi annoncé que la France compte « aider l’Arabie Saoudite dans l’élaboration d’un orchestre symphonique ». Une première dans cet Etat ultra conservateur.

Autre révolution, l’Arabie Saoudite sera invitée au 71e festival de Cannes. Une première participation qui s’articulera autour de « la projection de neuf cours métrages mais aussi l’organisation de rencontres professionnelles ». Cette entente a été entérinée entre la ministre et son homologue saoudien qui s’en dit « très heureux ».

Emmanuel Macron a d’ores et déjà annoncé un déplacement en Arabie Saoudite d’ici à la fin de l’année avec comme objectif la signature de contrats. La question des droits de l’homme, elle, n’est pas fixée à l’agenda.

 

Yémen

Trois missiles balistiques interceptés dans le ciel saoudien. C’est l’annonce qu’a faite  le colonel Turki Al-Maliki, porte-parole de  la coalition arabe dirigée par le royaume. La coalition, composée de  neuf pays (Egypte, la Jordanie, le Soudan, le Maroc, le Qatar, le Pakistan, le Koweït, Bahreïn, ainsi que les Emirats Arabes Unis) combat depuis mars 2015 les rebelles Houtis au Yemen. Le conflit est qualifié de « pire crise humanitaire » par les ONG. Il a déjà causé la mort de 10 000 personnes, principalement des civils, et plonge les 8 millions d’habitant du pays dans la famine.

 

Maroc

Avant la venue de MBS, le Président Emmanuel Macron a reçu mardi 9 avril le représentant d’un autre pays arabe : Mohammed VI, le roi du Maroc. Cette rencontre, qui n’était pas inscrite à l’agenda officiel, n’aura pas durée plus de quelques heures. Le temps pour les deux hommes de réaffirmer l’amitié entre les deux pays mais aussi d’aborder des questions stratégiques.

Des discussions qui ont permis de constater « une large convergence des vues » d’après un communiqué du cabinet royal. Le roi du Maroc réside à Paris depuis son opération du cœur, effectuée en janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine.

Algérie

Crash d’un avion militaire près d’Alger. Le Président de la république algérienne a décrété un deuil national de trois jours suite au crash d’un avion militaire au sud d’Alger. L’appareil effectuait la liaison entre Boufarik et Béchar et transportait à son bord 257 passagers. Tous ont péri dans l’accident. Parmi les victimes,  la présence d’une trentaine de Sahraouis relance le débat quant aux liens entre l’armée algérienne et le Front Polisario. Une commission d’enquête est lancée à la demande de Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre algérien de la Défense. Elle devra déterminer les circonstances de l’accident ainsi que l’identité des victimes.

 

L’histoire de la semaine

Le selfie qui fait le buzz. « Sans commentaire ». C’est la légende du selfie qu’a posté Saad Hariri dans la nuit de lundi à mardi. L’image le montre posant tout sourire aux côtés de Mohammed VI et de MBS.

L’ambiance semble s’être grandement détendue entre les voisins libanais et saoudiens. En novembre 2017, Saad Hariri avait annoncé sa démission de son poste de premier ministre depuis Ryad. L’Arabie Saoudite avait alors été accusée de lui forcer la main et de le retenir contre son grès dans la capitale du royaume. Le premier ministre avait finalement regagné Beyrouth et renoncé à quitter ses fonctions. Un selfie, qui prête donc à de nombreux commentaires.

 

9 recommended
174 views
bookmark icon