Mondorient express (15 – 21 mars)

 -  -  9


 

Une nouvelle semaine riche en actualité au Moyen Orient. Pour s’informer ou pour réviser, voici le condensé des derniers jours, pays par pays.

Syrie

L’armée turque a pris le contrôle d’Afrine. Dimanche 18 mars, Recep Tayyip Erdoğan a annoncé que des combattants syriens soutenus par l’armée turque était entrée dans Afrine, bastion kurde au nord-ouest de la Syrie. Des unités des Forces syriennes libres, entourées par Ankara, ont annoncé contrôler le centre-ville de la ville, provoquant l’ire des combattants kurdes du YPG, déjà en conflit avec la Turquie, qui les considèrent comme “terroristes”. Recep Tayyip Erdoğan a lui affirmé qu’un « grand nombre de combattants kurdes ont fui la queue entre les jambes ». Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), la prise de la cité a été émaillée par des pillages et des vols par la brigade Hamza, proche de l’armée turque. Depuis le lancement de l’opération “Rameau d’olivier” le 20 janvier, 46 soldats turcs ont été tués. (Vidéo © euronews).

240 0000 personnes déplacées à causes des combats. Pris en étau par les combats contre l’organisation Etat Islamique (EI) et les affrontements entre le régime et les rebelles, les civils syriens sont contraints à l’exode. Depuis le lancement de la conquête d’Afrine, près de 200 000 civils, principalement kurdes, ont été déplacés de la ville du nord-ouest, encerclé par les forces syriennes soutenus par l’armée turque. Au sud, dans la Ghouta orientale, ils sont près de 40 000 à avoir fui les bombardements du régime. (Vidéo © France24).

Israël

Un employé du consulat français à Jérusalem accusé de trafic d’armes. Un homme de 24 ans, chauffeur au consulat de France à Jérusalem et arrêté le 19 février dernier pour trafic d’armes, doit comparaître lundi 19 mars devant un juge israélien. Il est accusé d’avoir fait sortir 72 armes de la bande de Gaza au cours de cinq voyages, à destination d’un individu en Cisjordanie. Il aurait reçu ces armes d’un individu du centre culturel français dans la bande de Gaza, avant d’être arrêté. Selon Le Monde, la justice israélienne a imposé une interdiction de révélation (« gag order ») sur les détails de cette affaire. (Vidéo © euronews).

La Cour suprême suspend un plan d’expulsion de milliers d’Africains. Jeudi 15 mars, la Cour Suprême israélienne a suspendu une mesure gouvernementale visant l’expulsion de milliers d’Africains entrés illégalement en Israël. La mesure prévoyait de laisser une alternative lapidaire aux milliers d’Érythréens et de Soudanais qui n’ont pas formulé de demande d’asile ou ont été rejetés de celle-ci : sortir du pays ou aller en prison. La Cour Suprême a gelé l’initiative du gouvernement jusqu’au 26 mars, date à laquelle l’Etat devra motiver sa décision.

Palestine

Un raid aérien israélien répond au Hamas. Dans la nuit de samedi 17 à dimanche 18 mars, un raid israélien a visé une “cible militaire” du Hamas, le parti islamique palestinien, dans la bande de Gaza. Il répond à l’explosion samedi dans la journée d’un colis à la frontière entre Gaza et Israël, qui faisait déjà suite à deux explosions survenues jeudi. « L’organisation terroriste du Hamas doit rendre des comptes pour tout ce qui se passe dans et à partir de la bande de Gaza », a expliqué l’armée dans un communiqué. Si le Hamas n’a pas revendiqué ces explosions, Israël tient pour responsable l’organisation palestinienne de ce qui se passe à Gaza.

Retour des tensions intrapalestiniennes. Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a accusé, lundi 19 mars, le Hamas d’être  responsable de l’attaque contre le convoi du premier ministre, Rami Hamdallah du 13 mars dernier, dans la bande de Gaza. L’accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas d’octobre 2017 semble compromis.

L’histoire de la semaine

Le maire de Téhéran démissionne suite à un spectacle de danse. Il pensait simplement assister à un spectacle de danse. Lui a-t-il coûté son poste ? Mohammed Ali Najafi, maire de Téhéran, a démissionné mercredi 14 mars après avoir assisté à un spectacle de danse interprété par des jeunes femmes, selon des médias iraniens. La célébration, donnée lors de la journée iranienne des femmes, a été vue d’un mauvais oeil par la frange religieuse et conservatrice iranienne, qui aurait demandé la démission du maire, en poste depuis août 2017. En cause : les filles de plus 9 ans n’ont pas le droit de danser en public. L’autre version de la démission serait physique. Officiellement démissionnaire pour “raisons médicales”, Najafi souffrirait d’un cancer de la prostate mais pourrait revenir à son poste prochainement.

9 recommended
168 views
bookmark icon