Mondorient Express (27 novembre – 4 décembre)

Une nouvelle semaine riche en actualité au Moyen Orient. Pour s’informer ou pour réviser, voici le condensé des 7 derniers jours, pays par pays.

 

Yémen

Mort de l’ex-président Ali Abdallah Saleh. Il a été le président du Yémen entre 1990 et 2012. Ali Abdallah Saleh est mort mardi 4 décembre à Sanaa, la capitale yéménite. Il a été victime de l’affrontement entre ses forces et le Houthis, anciens alliés devenus ennemis. Les Houthis ont annoncé être en possession de toute la ville au lendemain de sa mort. Son fils Ahmed Ali Saleh a appelé à venger son père. «Je conduirai la bataille jusqu’à ce que le dernier Houthis soit chassé du Yémen», a déclaré celui qui est assigné à résidence aux Émirats arabes unis.

 

Liban

Le Premier ministre Saad Hariri ne démissionne pas. Un mois après son allocution télévisée à Riyad où il annonçait sa démission, le Premier ministre libanais est revenu sur sa décision. Sa démission avait provoqué une grave crise au Liban, en proie aux influences étrangères, notamment saoudiennes et iraniennes. Saad Hariri a d’ailleurs insisté sur l’utilité de se distancier des deux géants régionaux dans un communiqué. « Le gouvernement libanais, dans toutes ses composantes politiques, décide de se distancier de tout conflit, de toute guerre et des affaires intérieurs des pays arabes. »

Syrie
Lafarge dans le viseur des enquêteurs. Les investigations continuent sur les activités du géant de la cimenterie en Syrie. Le groupe Lafarge est soupçonné d’avoir pactisé avec l’État islamique et d’autres groupes armés de 2012 à 2014 pour continuer d’être alimenté en pétrole. Mercredi 6 décembre, trois responsables de Lafarge étaient devant les enquêteurs des douanes judiciaires.
Arabie Saoudite
Une purge sous forme de jackpot. Les 200 princes retenus dans le Ritz Carlton de Riyad sont libérés au goutte à goutte. L’ex-patron de la garde nationale, le prince Miteb, a été libéré contre un chèque d’un milliard de dollars. Mohamed Ben Salman a chiffré à plus de 100 milliards de dollars l’opération de lutte contre la corruption. Encore dans le viseur du prince héritier, la compagnie nationale de pétrole Aramco ou encore le fantasque milliardaire Al-Walid ben Talal, actionnaire de Twitter et propriétaire de l’hôtel George V à Paris.
Histoire de la semaine
Le départ du Tour d’Italie 2018 cycliste à Jérusalem. L’équipe d’organisation du Giro 2018 a évité de justesse l’incident diplomatique cette semaine. Alors que le Tour d’Italie cycliste partira de la Ville Sainte l’an prochain, les organisateurs avaient mentionné précisément “Jérusalem-Ouest”. Vive réaction du gouvernement israélien qui a exigé un changement de nomenclature car “A Jérusalem, la capitale d’Israël, il n’y a pas d’est ou d’ouest. il n’y a qu’un seul Jérusalem unifié” selon  la ministre des Sports, Miri Regev, et le ministre du Tourisme , Yariv Levin