Mondorient express (2 mai – 8 mai)

Une nouvelle semaine riche en événements au Moyen-Orient. Pour s’informer ou réviser, voici le condensé de l’actualité des 7 derniers jours, pays par pays.

Syrie

Un accord de paix enfin respecté? Les russes ont complètement suspendus leur activité aérienne en Syrie, depuis le samedi 6 avril. Quatre “zones de désescalade” sont mises en place dans l’Ouest du pays par la Turquie, l’Iran et la Russie.  Le général russe Sergueï Roudskoï a annoncé que « les troupes gouvernementales syriennes libérées grâce à la création de ces zones de désescalade seront redirigées pour la poursuite de l’offensive contre le groupe Etat islamique. »

Bahreïn

Un procès explosif à Manama. Le plus haut dignitaire chiite du pays, l’ayatollah Issa Al-Qassem, est jugé depuis dimanche. Le chef religieux de 75 ans a été déchu de sa nationalité l’an dernier pour avoir “encourager le confessionnalisme” et “servi des intérêts étrangers”, en allusion à l’Iran. Ce procès risque d’enflammer la contestation à Bahreïn, où 65% de la population est de confession chiite.

Pour aller plus loin :  Bahreïn : théâtre de la lutte irano-saoudienne

Algérie

Des législatives sans mobilisation et sans surprise. C’est à se demander ce qui passionnent plus les électeurs algériens. La présidentielle en France qui a beaucoup fait débat, ou bien les élections législatives du pays qui n’ont mobilisé que 38% des votants. Une abstention record qui ternit la victoire sans surprise des deux partis au pouvoir, le FLN et le RND. 

Retrouvez l’article de Mondorient pour mieux comprendre les enjeux de ce scrutin. 

Israël/Palestine

Une nouvelle loi polémique sur la nationalité. La Knesset a 60 jours pour ratifier un projet de loi très controversé. Il définirait Israël comme étant une nation à caractère juif. Preuve de cela, la volonté d’abandonner la langue arabe comme deuxième langue officielle du pays alors qu’il est parlé par un peu moins de 20% de la population. Dans cette loi, Jérusalem est une nouvelle fois réaffirmée en tant que capitale “unique” de l’État hébreu.

Le Hamas reconnaît les frontières de 1967. Coup de tonnerre à Gaza où le Hamas, par l’intermédiaire de Khaled Mechaal, a changé son programme politique pour accepter les frontières établies avec Israël en 1967. On peut  y lire : « l’établissement d’un Etat palestinien entièrement souverain et indépendant dans les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale, (…) est une formule de consensus national. » Or, cette volte-face intervient juste avant la nomination d’un nouveau chef pour le parti. C’est Ismaël Haniyeh, un des fondateurs du parti, qui a été élu. 

Irak

La bataille recommence à Mossoul. Les forces loyalistes ont déjà repris les deux tiers de la ville aux mains de djihadistes. Armés de nouveaux plans de batailles, notamment l’ouverture d’un second front, les forces irakiennes espèrent reprendre la seconde ville du pays avant le début du ramadan, fin mai. 750 000 civils au début de la bataille, 450 000 d’entre eux ont déjà fui les violences. Mais ils seraient encore des dizaines de milliers piégés dans la vieille ville, encore détenue par l’Organisation de l’État islamique.

L’histoire de la semaine

Une journée pour un bulletin dans l’urne, le périple des électeurs français en Cisjordanie. « On va quitter le matin Béthléem et on va revenir le soir, juste pour cinq minutes, pour pouvoir voter », explique une famille française à Radio France Internationale. Si l’on compte les checkpoints et les embouteillages, le périple d’une famille pour se rendre dans le bureau de vote à Ramallah peut facilement prendre une journée.