Mondorient express (13 février – 19 février)

Une nouvelle semaine riche en événements au Moyen-Orient. Pour s’informer ou réviser, voici le condensé de l’actualité des 7 derniers jours, pays par pays.

Israël / Palestine

États-Unis : Revirement stratégique pour Trump. Donald Trump recevait le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou à la Maison Blanche, mercredi 15 février. À cette occasion, le président américain a plongé les États-Unis dans le flou. Pour la première fois pour un président américain, il a dissocié l’objectif de paix entre Israéliens et Palestiniens de la création d’un État pour les seconds, à côté de l’État juif. La veille, ses conseillers avaient affirmé « qu’une solution des deux États qui n’apporte pas la paix est un objectif qui n’intéresse personne ». Ce revirement majeur tranche avec le discours pro-deux États des présidents américains précédents. Si cette position se confirme, elle pourrait isoler les États-Unis de leurs alliés arabes ou occidentaux sur le plan géopolitique.

Palestine

Gaza : Yahya Sinouar élu à la tête du Hamas. Suite à des élections au sein de la bande de Gaza, le Hamas a désigné son nouveau chef lundi 13 février. « Yahya Sinouar a été élu à la tête du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza », ont annoncé des cadres de la branche armée du mouvement palestinien, dont Sinouar est l’un des fondateurs. Celui qui figure sur la liste américaine des « terroristes internationaux » succède à Ismaïl Haniyeh.

Turquie

Istanbul : l’un des planificateurs de l’attentat de la nuit du Nouvel An arrêté. Les autorités turques ont annoncé, mardi 14 février, avoir arrêté l’un des planificateurs de l’attaque contre la discothèque Reina. L’attentat perpétré à Istanbul le soir du Nouvel An avait causé la mort de 39 personnes. Le suspect est un Franco-Turc âgé de 22 ans, qui, selon le parquet, aurait résidé en France jusqu’en 2009.

Syrie

Damas : Bachar Al-Assad interviewé par des médias français. Le président syrien a accordé un entretien à Europe 1 et TF1, diffusé jeudi 16 février. Après avoir repris Alep il y a deux mois, les troupes de Bachar Al-Assad n’ont pour l’instant pas déterminé de nouvelle cible, selon Bachar Al-Assad : « ce pourrait être Idlib, ce pourrait être Raqqa, ce pourrait être n’importe où. » Le président syrien en a profité pour contester, une nouvelle fois, que son régime pratique la torture et rejette les récentes accusations d’Amnesty International qui ont fait état d’exécutions perpétrées dans une prison près de Damas.

Libye

Syrte : le pétrole libyen coule de nouveau à l’ouest. Après la réouverture à l’automne 2016 des terminaux pétroliers dans le golfe de Syrte, l’oléoduc de Rayayna a repris son activité d’acheminement de pétrole vers le littoral libyen. Il était bloqué depuis 2014 et sa prise par une milice locale. Deux ans et demi qui représentent un manque à gagner de 27 milliards de dollars pour l’économie libyenne selon Tripoli.

Irak

Mossoul : l’opération reconquête de l’ouest de la ville est lancée. Le premier ministre irakien, Haïder Al-Abadi, a annoncé dimanche 19 février le lancement d’une opération militaire pour reprendre à l’Organisation État islamique (OEI) la partie ouest de Mossoul, la deuxième ville d’Irak. Ce nouveau déploiement fait suite à la vaste offensive lancée le 17 octobre dernier, pour reprendre Mossoul, dernier bastion des djihadistes de l’OEI en Irak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *